Historique

L’idée de concevoir une Maison des contes et légendes a pris naissance tout d’abord dans l’imaginaire des propriétaires.

Le mot Dorénaz signifie « de l’autre côté du Rhône » ou « d’Outre-Rhône ».

C’est la raison pour laquelle le mot Outre-Rhône est associé à la Maison des contes et légendes...


© 2017 Maison des contes et légendes d’Outre-Rhône, Dorénaz

Webmaster: Annick Gähler/Graphisme: Michel Dayer

Historique de l’association


« Il était une fois »

L’association en quelques dates

1997 : Réalisation de deux études de faisabilité d’un projet d’une Maison « contes et légendes ».

1998 :

- Ouverture de l’espace-animation ponctuée par une grande fête qui a vu défiler plus de deux mille personnes.

1999 :

- Ouverture de l’exposition du 1er étage; création de l’entrée visiteurs et montage du chemin des légendes au rez-de-chaussée.

- Prix attribué par la Ligue de sauvegarde du patrimoine, section Valais romand.

17 juin 2000 : Inauguration de la Maison par une grande fête avec discours officiels de Jean-Jacques Rey-Bellet, conseiller d’Etat et de Daniel Fournier, président de Dorénaz, animations de rue, feux de la St-Jean, soirée repas-spectacle et concert de Brigitte Balleys, célèbre cantatrice originaire de Dorénaz.

2000 :

- En collaboration avec l’association «le p’tit Bonheur» : émission radiophonique enregistrée à la Maison des contes et légendes avec Henri Dès.

- Cortège d’enfants conduit et animé par Jacky Lagger, animations de rue, clowns, et spectacle de Philippe Campiche.

2002 : Emission télévisée Zigzag Café.

2003 :

- Emission Mordicus de la RSR.

- Film de Canal 9 sur une conterie avec les écoliers de Dorénaz.

2004 : 20 ans de Radio-Chablais fêtés dans la Maison.

2005 : Inauguration du chemin légendaire.

2007 : Film de Canal 9 sur le groupe « Griottes au Thé » dans la Maison.

2009 :

- Emission Vingt-mille lieux sur la terre d’Espace 2.

- Tenue d’un stand à la fête des 30 ans des droits de l’enfant Enfan’phare, à Martigny.

2010 : 8 représentations du spectacle « Raconte-moi le Valais - Verzell mir ds Wallis » depuis le glacier du Rhône jusqu’au lac Léman (Geschinen, Rosswald, Ausserberg, Erschmatt, Anzère, les Haudères, Bruson et le Bouveret) en 4 langues : français, allemand, haut-valaisan et patois de Savièse.

Printemps 2013 : Rénovation des façades

2014 : Rénovation de la scénographie

Depuis 1998, la Maison a participé à différents évènements locaux : la fête de l’Ane tous les 2 ans, le cortège des 100 ans de la fanfare la Villageoise de Dorénaz, le Carnaval, etc...

Finalement, c’est un bilan très positif que l’on peut tirer de ces années écoulées. Que la Maison des contes et légendes puisse de traverser encore bien des glaciers, des montagnes, des chemins bordés de fleurs dans les années à venir !



« Il était une fois… »


Les histoires commencent souvent par Il était une fois….

…. un homme Alphonse et une femme Lucienne qui décidèrent de construire une maison pour y faire grandir leurs petits, c'était en 1871. Ils eurent sept enfants.

De cette période, il ne reste plus grand-chose, si ce n'est le pierre ollaire où sont inscrites les initiales AJ pour Alphonse Jordan et LM pour Lucienne Mottet.


C'est Césarine, une des trois filles qui a repris la maison familiale. Elle a épousé Alexandre qui avant était parti pendant deux ans en Amérique.

Ils ont aussi eu sept enfants.

Les cinq garçons dormaient dans la chambre de derrière

Et les deux filles se partageaient le lit de la petite chambre, comme cela se faisait régulièrement à l'époque. On y était plus au chaud et l’on avait moins peur.

La chambre à vivre, celle où il y a le pierre ollaire, servait de chambre à coucher pour les parents......

Arnold lui, a fait douanier. Il aurait aimé être instituteur, mais il fallait gagner de l'argent pour l'envoyer aux parents. Il est parti protéger la frontière du pays. Il aurait bien aimé rester à Dorénaz mais il ne pouvait quand même pas faire une guerre pour changer les frontières.

C'est dans le Jura qu'il a gardé ses yeux sur les limites du pays......

Arnold ne pouvait oublier sa maison de Dorénaz

et chaque fois, pendant les trois semaines de vacances qu'il avait comme douanier......

Il venait avec Renée et leurs trois enfants à Dorénaz.

Les enfants, même s'ils n'étaient pas du bon côté du train, pouvaient savoir quand la Pisse-Vache était en vue, le sourire de leur papa la leur montrait......

Ainsi, quand la retraite est arrivée, un peu plus vite pour des raisons de santé, il a décidé de reprendre la maison et de faire revivre le métier de son papa.

Il a ainsi eu des vaches, des génissons, des poules, des chèvres –tenez, vous le voyez en photo sur le buffet de cuisine avec ses chèvres de la campagne......

Puis un jour Arnold est parti pour le dernier voyage, celui dont on ne revient pas.

Que faire de la maison? Chacun avait déjà sa maison pour y vivre. La vendre?

Et si on en faisait une maison des contes et légendes ?


Histoire dite par Anne Pochon-Veuthey, adaptée par Marie Emilie Louise, conteuse, et écrite sur les cimaises de la Maison.